Type (one or more words separated by comma) and hit enter
Inquadrami
Catalogue all
for: female voice, flute, clarinet, percussion, piano and string quartet
text by: Rainer Maria Rilke
duration: 9'
first performance: 5.10.95, Strasbourg, Festival Musica, Katherine Ciesinski (mezzo-soprano), Ensemble Recherche, Pascal Rophé (conductor); revised version: 12.3.96, Geneva, Archipel, Luisa Castellani (soprano), Ensemble Contrechamps, Giorgio Bernasconi (conductor)
publisher: Ricordi
catalogue number: 137360
Audio extracts
Introduction
Les Due poesie francesi d'après Rainer Maria Rilke font partie d’un cycle pour voix de femme et ensemble à géométrie variable commencé en 1994. Ce recueil qui grandit au fil du temps est pour l’instant formé de quatre couples de poèmes écrits en français par des écrivains dont la langue maternelle n’est pas le Français. Les quatre couples de poèmes chantés sont accompagnés par un effectif instrumental différent, choisi en fonction des qualités expressives de chaque poète.
Les poèmes de Ghérasim Luca et de Samuel Beckett ont en commun des procédés d'écriture déconstructiviste, un ton sec entre le sarcasme et l'absurde, une prolifération vertigineuse et labyrinthique de la signification. Le traitement vocal et l’accompagnement instrumental sont issus de cette dimension machinale, artificielle et abstraite. Ils sont en cela opposés à la dimension lyrique, émotionnellement chargée, mais aussi métaphysique des poèmes de Rainer Maria Rilke et de Giuseppe Ungaretti dont l’accompagnement instrumental et la voix font souvent recours au figuralisme visant à créer un environnement sonore transfigurant des sons et des bruits d’origine naturaliste évoqués par les images des poèmes.
Mon objectif était d’utiliser ces textes comme vecteurs des structures musicales, de les revêtir ces textes du moindre habillage sonore, le plus pertinent possible et respectueux de leurs qualités poétiques et formelles, tout en étant hautement expressif et en essayant de mettre en valeur un phénomène de dépaysement et d’ambiguïté que je décrivais ainsi dans le texte de présentation du cycle lors de sa création partielle en 1996 :
 
Le langage "visible" de ces textes se noue secrètement à un langage-ombre, celui, maternel, du poète : il serait donc réducteur de parler de traduction quant à cette démarche oscillante entre le français et une langue autre. Les deux sont étroitement liés dans l'imaginaire du poète et se reflètent mutuellement, «le lieu du sens naissant dans l'entre-langue» (Jean-Charles Vegliante).
Situation semblable à celle du compositeur qui met un texte en musique ? Attiré par les forces opposées de la musique et de la poésie, il ne peut se limiter à faire passer la parole dans le son. Il doit rassembler l'énergie contradictoire de ces deux domaines qui, chacun se faisant face, réclament leur autonomie.
 
Stefano Gervasoni, 25.1.2019
Text(s)
Les Quatrains Valaisans, 31rd poem
Rainer Maria Rilke

Chemins qui ne mènent nulle part
entre deux prés,
que l’on dirait avec art
de leur but détournés,

chemins qui souvent n’ont
devant eux rien d’autre en face
que le pur espace
et la saison.

***
 
Les Quatrains Valaisans, 24th poem
Rainer Maria Rilke

Voici encor[e] de l’heure qui s’argente,
mêlé au doux soir, le pur métal
et qui ajoute à la beauté lente
les lents retours d’un calme musical.

L’ancienne terre se reprend et change :
un astre pur survit à nos travaux.
Les bruits épars, quittant le jour, se rangent
et rentrent tous dans la voix des eaux.
 
go to mobile site
copyright 2013 - 2019 Stefano Gervasoni | credits Web-Press sas
Home Page
Next Events
News
Projects
...top